Mondes fantastiques – note de programme (printemps 2024)

Sorcières, fantômes, esprits et autres êtres mystérieux peuplent un imaginaire fantastique où le surnaturel vient jouer avec les limites du réel, rendant poreuses des frontières rassurantes. Et quelle plus grande et mystérieuse frontière que celle séparant la vie de la mort ? Il y a une inquiétude mais aussi un jeu à l’œuvre dans le fantastique, une hésitation constante entre ce qui semble vrai et ce qui ne l’est pas, entre le rêve et la réalité.

Beaucoup de compositeurs se sont emparés de ce jeu et de cette inquiétude. L’OSUR a choisi Berlioz pour être, avec notamment le Final de sa Symphonie Fantastique, le parangon de son deuxième programme de la saison. Dans ce Final, sorcières et étranges créatures se retrouvent pour des funérailles grinçantes et entonnent une parodie du Dies Irae, célèbre mélodie de la liturgie grégorienne ayant traversé les siècles, symbole musical de la Mort dans l’imaginaire collectif. Le public sera surpris de constater que cette petite mais solennelle mélodie se retrouve disséminée à travers d’autres œuvres du programme concocté par l’OSUR.

L'île aux morts par Arnold Böcklin. Huile sur bois, Alte Nationalgalerie, Berlin
L'île aux morts par Arnold Böcklin. Huile sur bois, Alte Nationalgalerie, Berlin

Que ce soit dans Prélude et Mort d’Isolde de Wagner ou encore L’Ile des Morts de Rachmaninov, la place de la Mort n’est pas à démontrer. Le premier est tiré de l’opéra Tristan et Isolde, le deuxième est un poème symphonique inspiré par un tableau de Böcklin. La mort y est dépeinte à la fois dans ce qu’elle peut avoir d’inquiétant mais aussi de profondément onirique et mystérieux.

Quant aux créatures et autres esprits qui jalonnent notre vision du fantastique, ils ne seront pas en reste dans Une Nuit sur le Mont chauve de Mussorgski, un autre poème symphonique inspiré cette fois par une nouvelle mettant en scène le sabbat des sorcières, et L’Étrange Noël de Mr Jack de Danny Elfman, une suite symphonique tirée de la musique du film de Henry Selick explorant l’univers aussi sombre que malicieux et fantasmagorique de Tim Burton.

Rêve ou réalité, vie ou mort, réel ou surnaturel ? Nos compositeurs n’ont pas eu vent de telles frontières…

V.Josse

Ce programme sera donné en concert à l’occasion de 4 concerts :

Concert du renouveau

23 janvier 2019

Les soixante-dix musicien·ne·s vous invitent au voyage, entre Japon et Argentine, Europe et Amérique futuriste !

Depuis septembre dernier, l’Orchestre Symphonique Universitaire a changé de chef !
Et ce n’est pas un·e mais deux baguettes qui nous dirigent désormais (pas en même temps, évidemment…)

Pour leur saison inaugurale, Victor Josse et Clémence Le Gac ont imaginé un programme autour du renouveau.
Vous pourrez ainsi (re)découvrir le premier mouvement de la 2e symphonie Résurrection de Gustav Mahler, ou bien les sonorités du tango d’Astor Piazzolla dans la Suite del Ángel. Nous aurons également la chance d’accompagner une chanteuse dans Les Nuits d’été d’Hector Berlioz et nous explorerons l’univers de la musique de film avec A New Beginning, issu de la bande originale composée par John Williams pour Minority Report de Steven Spielberg, ainsi qu’avec Death and Resurrection composé par Toru Takemitsu et Black Rain de Shohei Imamura.

Infos pratiques :
Concert à 20h30 / Gratuit

L’OSUR joue les compositrices !

Entre janvier et juin 2019, l’OSUR se consacre exclusivement aux compositrices ! Parmi toutes celles qui ont existé, nous vous ferons (re)découvrir Andrée, Chaminade, Mayer, Schumann, Le Beau, Hensel-Mendelssohn… Pour plus de détails sur ce projet, c’est par ici !

Prochain concert le 20 juin à l’Opéra de Rennes à 20h ! Ouverture de la billetterie le samedi 18 mai à 13h. Renseignements et réservations auprès de la billetterie de l’Opéra place de la mairie et au 02.23.62.28.28.

En attendant, vous pouvez écouter les chroniques d’Aliette de Laleu sur France Musique, et pourquoi pas en commençant par celle-ci ↓↓ ?